Informations

Staphylococcus pseudintermedius chez le chien


Staphylococcus pseudintermedius chez le chien

Staphylococcus pseudintermedius, également appelé Staphylococcus intermedius, est une espèce du genre Staphylococcus qui provoque des infections chez les chiens. Comme tous les membres du genre, S. pseudintermedius est une bactérie anaérobie facultative à Gram positif, à coagulase positive. Il provoque des infections de la peau et des muqueuses. La bactérie a été découverte pour la première fois dans les années 1960 et a été isolée dans le monde entier. S. pseudintermedius a été trouvé dans la majorité des animaux de compagnie du monde, y compris les chats, les chevaux, les ânes et les furets. Il a été démontré que S. pseudintermedius est la cause la plus fréquente de septicémie bactérienne chez les chats et les chiens. S. pseudintermedius provoque environ 10 à 15 pour cent des cas de septicémie infectieuse des plaies chez les chiens.

Il existe deux sous-espèces de S. pseudintermedius : S. pseudintermedius canis et S. pseudintermedius intermedius. Le premier est le plus souvent isolé chez les chiens, tandis que le dernier est plus fréquent chez les chats. La capacité de S. pseudintermedius à coloniser une gamme de sites dans le corps lui permet d'être une source d'infections nosocomiales et communautaires chez les chiens et les chats. Chez l'homme, S. pseudintermedius est considéré comme faisant partie du microbiote normal et ne provoque normalement pas de maladie.

Taxonomie

Staphylococcus intermedius a été isolé pour la première fois par W. G. Alexander en 1963 à partir d'oreilles de chiens au Royaume-Uni. En 1971, W. G. Alexander a publié le nom S. intermedius et a proposé que cette bactérie et les autres staphylocoques à coagulase positive, alors connus sous le nom de Staphylococcus aureus, soient synonymes du genre Staphylococcus. A l'époque, le genre Staphylococcus comprenait deux espèces, dont S. aureus.

Le terme Staphylococcus pseudintermedius a ensuite été introduit par D. J. F. Stapleton et J. L. Codd en 1973. En 1976, il a été proposé que tous les staphylocoques à coagulase positive soient placés dans le genre Staphylococcus. À l'époque, S. intermedius a été placé dans le genre Staphylococcus avec S. aureus, mais un an plus tard, il a été proposé que S. intermedius soit placé dans le nouveau genre Staphylococcus. S. intermedius a finalement été placé dans le genre Staphylococcus en 1984.

Lorsque les séquences d'ARNr 16S de deux chaînes de S. intermedius provenant de chiens et d'humains ont été comparées en 2004, il a été démontré que les deux chaînes avaient un matériel génétique très similaire. Cela indique que S. intermedius est une espèce distincte de S. aureus. En 2016, une étude utilisant la génomique basée sur les protéines a montré que les deux sous-espèces de S. intermedius, S. intermedius canis et S. intermedius intermedius, forment une espèce distincte. Le nom Staphylococcus pseudintermedius a alors été proposé pour cette espèce, et il est considéré comme synonyme de S. intermedius.

La première souche de S. intermedius à être séquencée était JB1 (génotype I) en 1999, qui a été obtenue à partir d'un mastiff anglais, et s'est avérée être presque identique à la séquence du clone USA300. Le prochain S. intermedius strn séquencé, S1354, était un isolat canin de Spn en 2001, et s'est avéré être le plus étroitement lié à la séquence de clone CC398 (génotype II). D'autres isolats de S. intermedius ont été séquencés. En 2005, des isolats issus d'une étude sur la relation entre les staphylocoques dans la dermatite canine et féline ont été séquencés. Les isolats se sont avérés être les plus étroitement liés à CC97 et CC101 (génotype III), qui est également la séquence de CC398. Les deux séquences CC97 et CC101 se sont avérées similaires à 99,8 pour cent. En 2012, une séquence a été obtenue pour un isolat obtenu à partir d'un chien en Allemagne. Cette séquence s'est avérée avoir une similarité de 99,9 pour cent avec CC398, et elle a été classée comme CC398 subsp. gallinae. CC97 et CC101 se sont également avérés similaires à 99,7 % et 99,8 % à CC398.

La génétique

S. pseudintermedius possède trois sous-espèces : S. pseudintermedius canis, S. pseudintermedius intermedius et S. pseudintermedius gallinae. Il a été démontré que S. pseudintermedius canis et S. pseudintermedius intermedius ont la même séquence d'ARNr 16S et qu'ils sont très similaires à la séquence d'ARNr 16S de S. aureus.

Les deux sous-espèces se différencient par la morphologie de leur colonie, plus ronde et moins opaque que celle de S. aureus. S. pseudintermedius canis s'est avéré avoir une plus petite taille de cellule, tandis que S. pseudintermedius intermedius s'est avéré avoir une plus grande taille de cellule que S. aureus. Il a également été montré que S. pseudintermedius canis a une capsule plus petite que S. aureus. S. pseudintermedius canis se distingue également de S. intermedius par sa capacité à fermenter le tréhalose et est plus susceptible de produire de l'acriflavine. Il a été démontré que S. pseudintermedius intermedius est plus susceptible de former des biofilms que S. aureus.

Pathogénèse

S. pseudintermedius est une bactérie à Gram positif. Il provoque des infections de la peau et des muqueuses. Comme tous les membres du genre, S. pseudintermedius est un anaérobie facultatif, ce qui signifie qu'il peut se développer à la fois en aérobie et en anaérobie. S. pseudintermedius est généralement considéré comme un organisme commensal de la peau et des muqueuses


Voir la vidéo: Leishmaniose canine: connaître cette maladie mortelle (Janvier 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos